Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Épicerie du Monde : le Liban

libanepiceriedumonde.jpg "Lilo, ton dernier livre sur le Liban est sorti, je l'ai vu en librairie... mais tu n'en as pas encore parlé sur ton blog ? Tout va bien chez toi ?" dixit Annabelle, une gentille lectrice qui s'inquiétait pour moi. Me voilà donc, après quelques semaines de travail encore très chargées, fraîche et disposée à vous parler du troisième opus de la nouvelle collection des Éditions La Plage !

Comme je l'ai expliqué dans cet article sur les deux premiers livres de la collection, Inde et Italie, l'objectif est de présenter 10 produits-culte de l'épicerie d'un pays, puis de décliner des recettes (végétariennes). Ici, direction donc le Liban pour découvrir ou en savoir plus sur : la purée de sésame (ou tahin, incontournable dans un houmous !), les légumineuses utilisées au pays du Cèdre (fèves, lentilles blondes, pois chiche), le sumac et le zaatar (LES mélanges d'épices et d'herbes libanaises), le boulghour et autres céréales libanaises (comme le blé vert fumé), la pâte filo (feuilletage typique du Proche-Orient), les pains plats arabes, la mélasse de grenade (un jus réduit sirupeux et acidulé à souhait), la gomme mastic (pour donner un arôme unique aux glaces et entremets), l'eau de fleur d'oranger (indispensable dans les pâtisseries libanaises) et enfin, le mahaleb (amandes d'un cerisier sauvage, réduites en poudre).

zaatar_sumac.JPG libanepicerielindalouis.jpg

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, la cuisine libanaise n'est pas du tout épicée, mais plutôt riche en parfums, délicate, nourrissante sans être bourrative. (Extrait de l'introduction) Elle est à l'image de sa population : cosmopolite, voyageuse et solaire. Situé au carrefour de la Grèce, de la Turquie, de la Syrie, d’Israël et de la Palestine, le Liban a concentré au fil des siècles les meilleurs savoir-faire et saveurs de ces pays qui ont marqué son histoire. Mieux, il a su créer sa propre identité culinaire ayant contribué à sa réputation désormais légendaire. Le mezzé, multitude de petits plats divers servis dans des raviers que l’on déguste du bout des doigts, en fait partie.

houmouslibanlindalouis.JPG

Vous retrouverez naturellement des recettes de mezzés comme le fameux houmous (voir ci-dessus), le moutabal (caviar d'aubergines, que j'ai customisé dans le livre avec des tranches de courgette pour en faire des petits roulés), la mouhamara (purée de poivrons rouges et de piments à la mélasse de grenade), les rekakat (cigares feuilletés au fromage), les falafels (et leur délicieuse sauce tarator à base de tahin), les feuilles de vigne farcies au riz (et à l'ortie que j'affectionne particulièrement), les fatayers (généralement réalisés avec des feuilles d'épinard mais déclinés dans le livre avec une autre sauvageonne, le pissenlit). Mon coup de coeur, la salade fattouche relookée en un wrap hyper frais !

rekakat_wrapfattouche.jpg Cerealeskebbeoeufspotimarronlindalouis.JPG

Côté plats, impossible de faire l'impasse sur le fatteh, savant mélange de pois chiche tièdes, de yaourt battu, de pignons de pin et de miettes de pain grillé, le gâteau d'aubergines et de lentilles (très graphique !), la moudardara (poêlée de lentilles et de boulghour), le kébbé (à base de boulghour également, proposé ici avec du potimarron et des oeufs durs)...

Je sens que les becs sucrés commencent à trépigner : vous allez avoir aussi votre dose les amis ! Des baklavas croustillants, des maamouls aux dattes, des namouras (petits gâteaux de semoule gorgés de sirop ater), des atayefs (mini-crêpes fourrées à la crème et garni de pistaches)...

atayefslibanais.JPG

Ah oui, je ne vous ai pas parlé du taboulé (le vrai, réalisé avec de beaux bouquets de persil plat et une poignée de boulghour), ni du labneh (un yaourt égoutté qui se transforme en fromage frais maison absolument divin) et des fromages orientaux . Bon, je ne peux pas tout raconter non plus...

Alors, où trouver ces fameux produits d'épicerie libanais (et autres produits secs/frais nécessaires à l'élaboration des recettes) ? Dans les épiceries orientales des grandes villes comme :

- Les Délices d'Orient (52 avenue Émile Zola à Paris dans le XVème), gros coup de coeur pour ce petit supermarché qui propose des produits libanais de qualité : large choix de pains arabes, blé ver fumé, huile d'olive en provenance du nord Liban (marque Zejd, délicieuse), grand rayon traiteur rempli de mezzés, de chankliche frais, de pâtisseries orientales et surtout, toute la gamme Mymouné...

delicesdorientparis.JPG delicesdorientparis2.JPG

Mymouné est une entreprise artisanale située dans un petit village libanais, au pied du mont Sannine, réputée pour ses conserves de qualité. Confitures, fruits confits ou au sirop, eaux florales, mélasse de grenade, vinaigre, sumac et zaatar sont élaborés par les femmes d'Ain El Kabou, des zones de production au cœur d'une nature préservée, jusqu'à l'atelier de transformation.

produitsmymoune.jpg

Créée en 1989 alors que le Liban subissait la guerre, la peur, le chômage et des émigrations massives, Mymouné a été la réponse donnée par les deux sœurs fondatrices de la petite fabrique, Leila Maalouf and Youmna Goraieb, afin d'occuper les villageoises dont les maris, les frères ou les fils étaient sur le front ou avaient disparu. Aujourd'hui, ces produits sont vendus dans les grandes épiceries de new-yorkaises et parisiennes et reconnus dans le monde entier.

- Heratchian (6 rue Lamartine dans le IXème), une institution dans ce quartier arménien de Paris, réputé pour son ancienneté, sa belle devanture et sa déco intérieure propice à l'évasion. On y trouve du pain libanais de la marque Les Fours de Baalbeck (qui fournit la plupart des restaurants libanais en France), plein de condiments, d'olives, de pâtisseries fraîchement préparées mais aussi et surtout de la gomme mastic de Chios (petite parenthèse, j'explique dans mon livre la différence avec la gomme arabique).

heratchian.JPG heratchian2.JPG

- L'Épicerie de Bruno (30 rue de Tiquetonne, dans le IIème), déjà recommandée dans mon livre sur l'Inde, chez qui je trouve du mahalep de qualité, du cumin, du sumac et du piment de la Jamaïque (très apprécié des Libanais).

- D'autres institutions comme Bahadourian à Lyon ou Exosud à Marseille (largement plébiscité par Estérelle).

- Sur Beyrouth-Paris.com, qui propose à la vente des produits libanais de qualité (notamment la gamme Mymouné).

Dans les supermarchés ou chez les maraîchers bio, vous trouverez les légumes (aubergine, courgette, tomate, concombre, salade verte, oignon, ail, persil plat, coriandre et menthe fraîche...), les fruits (datte, grenade, amande, pistache, noix.), les produits laitiers (yaourt de brebis pour le labneh), les pois chiche, le boulghour, l'eau de fleur d'oranger, les graines de sésame... que les libanais aiment cuisiner.

Barbara Abdeni Massaad

barbaraabdenimassaad.jpgPour chaque livre de cette collection, je fais relire mon manuscrit à un ou une spécialiste du pays en question. Après Alessandra Pierini, de l'épicerie italienne RAP à Paris et Beena Paradin, auteure et conceptrice de saveurs indiennes, j'ai eu le plaisir de collaborer avec Barbara Abdeni Massaad. Présidente de Slow Food à Beyrouth, journaliste, consultante et globe-trotteuse culinaire pour la LBC, elle arpente les sentiers escarpés du Liban, à la recherche de figures locales, de gestes ancestraux et de recettes rares. Cette baroudeuse et exploratrice de saveurs, appareil photo à la main, retranscrit en outre le fruit de ses recherches sur son blog et dans ses livres de recettes, aujourd'hui tous récompensés par plusieurs Gourmand Cookbook Award...

barbaraabdenimassaadbooks.jpg

Manou'shé (relatif à la fameuse pizza libanaise, déclinable à l'infini), Mouneh (sur les recettes des célèbres conserves libanaises) et le dernier Mezzé, a labor of Love (sur ces petits plats servis dans des raviers, qui se dégustent du bout des doigts).

Barbara est connue au Liban pour son engagement en faveur d'une agriculture respectueuse des traditions et le locavorisme militant. Naturellement, elle fourmille d'idées et de nouveaux projets qui ont tous un fil d'Ariane : le goût, la parole et le geste. Je la remercie sincèrement pour son aide et j'espère que nous aurons l'occasion de nous rencontrer un jour en vrai (Inch'allah, comme elle dit) !).

Lire la suite...

Tarte Tatin aux choux de Bruxelles

Je ne comprends pas pourquoi certains me détestent tant que cela. Le simple fait d'évoquer mon nom provoque chez eux une mine de dégoût – la jalousie certainement.

tatinchouxdebruxelles2.JPG

On me reproche quoi au juste ? De ne pas être sexy, à la mode et d'empester si on m’échauffe un peu trop. Parait-il aussi que j'en ai traumatisé plus d'un à l'école alors que je cherchais simplement à me faire une petite place parmi les autres. Parlons-en des autres, tiens. Pourquoi suis-je constamment pointé du doigt alors que le navet, le salsifis et l'épinard n'ont aucune allure et refoulent également des notes amères ? Je me présente dans les assiettes 2 ou 3 fois dans l'année, on pourrait faire un petit effort quand même. Ah, c'est sûr qu'à côté de Mâdâme la pomme de terre, je ne fais pas un pli. Il est assez consternant de voir comment le monde entier est prostré aux pieds de cette grosse patate difforme, qui fait grossir et qui se fait cuire toujours avec plein d'huile, plein de beurre ou plein de crème.

choudebruxelles2.jpg

Moi, j'ai du goût, j'ai du caractère et je n'ai pas besoin d'artifices pour le prouver ! C'est la tomate qui m'énerve le plus à vrai dire, car on joue sur le même terrain nutritif elle et moi : riche en provitamine A, en vitamines B et C, en sels minéraux, peu calorique... Mais elle triche, car moi je suis un légume, un vrai !

choudebruxelles.JPG

Heureusement, certains savent ce que je vaux. Comme la grande là, qui n’arrête pas de me prendre en photo. Eh remarquez, je suis plutôt beau, non ? Combien de personnes ont pris le temps de me regarder de la tête au pied ? J’ai un physique à part, propice à la rêverie… La rosée du matin aime se blottir dans le creux de mes feuilles, formant de petites perles d’eau ne demandant qu’à s’évaporer au contact du soleil hivernal.

Quand tous les autres légumes déclarent forfait en cette froide période, moi, je reste là, dans les potagers comme celui de Jean-Marie à la Borne, à offrir mes beaux petits choux pommés et croquants que l’on prélève au fur et à mesure que je m’élève. D'ailleurs, cette façon de pousser et de produire une multitude de bourgeons axillaires est une marque de fabrique qui renvoie directement à l'histoire de mes ancêtres.

choudebruxelles3.jpg

Au XIVème siècle, dans le petit village belge de Saint-Gilles accolé à l'enceinte extérieure de Bruxelles, des maraîchers transformaient et exploitaient les terres afin de nourrir une population croissante. La nécessité d'augmenter les rendements potagers sur une surface limitée les poussèrent au XVIIème siècle à créer une variété de chou qui se cultive à la verticale, hybride d'une souche sauvage et d'un cultivar à bon rendement. Connus sous le nom de Kuulkappers (coupeurs de choux), ces producteurs ont concouru au fil des siècles à mon expansion dans les pays avoisinant (Pays-Bas, France, Royaume-Uni...).

choudebruxelles4.JPG

Aujourd'hui, les membres d'une confrérie, habillés de costumes de velours bleu et jaune et munis d'une serpette tranchante, me rendent hommage lors de cérémonies et de banquets. Ils me dégustent avec du chevreuil ou du lard ou enveloppe des petites boulettes de viande avec mes feuilles, appelées « boulettes des Kuulkappers ». Je suis tellement connu et apprécié à Bruxelles que l'on me nomme simplement « chou » ou « sprôtches » en patois local.

choudebruxelles6.jpg

Cela me rassure de me dire qu'on me célèbre tout de même, moi le mal-aimé des légumes. En 2006, un chercheur américain, Paul Breslin, a voulu tout de même comprendre pourquoi certaines personnes ne me supportaient pas, et il a trouvé ! Elles détiennent un génotype (variation sensible « PAV/PAV » du gène hTAS2R38) qui les empêchent de tolérer la perception amère produite par les glucosinolates que je renferme. Tout s'explique !

tatinchouxdebruxelles1.JPG

La grande à l’appareil photo m’a demandé poliment à quelle sauce je voulais être mangé. Je lui ai expliqué que j'étais excellent cru, émincé finement et ajouté dans une salade composée ou au dernier moment dans un wok, une omelette, une poêlée de légumes. Pour me cuire entier, l'idéal est de me plonger dans un bain d'eau bouillante une minute ou deux, de jeter l'eau, puis de me faire cuire à nouveau dans une eau bouillante salée et additionnée d'une pincée de bicarbonate de soude (pour la digestion et les désagréments intestinaux) pendant 10 minutes. Il ne reste plus qu'à me faire dorer avec un peu de beurre dans une poêle.

tatinchouxdebruxelles4.JPG

Visiblement, la grande à l'appareil photo n'avait pas l'air très emballée par mes propositions. Mais en lui confiant que le sucre et l'acidité m’allaient bien, et que j'aimais aussi le changement, elle eût une idée : m'inviter dans une tarte Tatin salée, avec un caramel à base de vinaigre balsamique, d’huile d’olive, de miel et de moutarde et me faire rencontrer la châtaigne, que j'aime beaucoup. Si vous saviez comment je me suis senti important au contact de ses mains qui m'effeuillaient avec tant de délicatesse, à travers le regard bienveillant de son objectif ! Admirez mes formes arrondies et ma peau lustrée de caramel, goûtez ma chair attendrie et gorgée de jus sucré-salé, donnez-moi une chance à travers cette recette de m'aimer, juste un peu.

tatinchouxdebruxelles5.JPG

C’était la complainte du chou de Bruxelles.

Lire la suite...

Le fabuleux pain sans pétrissage de Jim Lahey

Me voilà enfin de retour après des semaines très chargées ! Du travail (beaucoup), des gens à bichonner (aussi), des vacances (un peu), du rangement (énormément) et des essais de recettes comme ce pain sans pétrissage...

painsanspetrissagecarotte3.JPG

Depuis une dizaine de jours, je teste sans relâche la recette cultissime de Jim Lahey, un boulanger new-yorkais qui a marqué l'Histoire du pain (oui M'sieur dame, rien que ça !). La première fois que j'en ai entendu parler, c'était en 2006 sur le blog Mitaine Écarlate, animé par Ninnie. Son collègue de bureau, lecteur du New-York Times, avait repéré pour elle une étonnante recette de pain dans un article de Mark Bittman, chroniqueur gastronomique (entre parenthèses, il appartient à la mouvance flexitarienne, enfin c'est un autre sujet). Ce dernier y relate le message qu'un jeune boulanger lui a adressé par e-mail: "Je vais enseigner une technique de panification vraiment minimaliste qui permet aux gens de faire un excellent pain à la maison, avec très peu d'effort. La méthode est étonnamment simple - je pense qu'un enfant de 4 ans pourrait y arriver - et les résultats sont fantastiques". Le journaliste intrigué l'a donc rencontré et a validé d'emblée cette recette pas comme les autres. Dès sa parution dans le papier du NYT, elle a fait le tour de la blogosphère culinaire...

Si j'avais réellement lu le billet de Fannie jusqu'au bout, je ne serais pas passée à côté d'une recette formidable durant toutes ces années. Comme j'ai toujours été nulle en boulange, je ne m'étais probablement pas sentie capable de l'essayer à l'époque. Et puis cette année, pendant les fêtes, je suis tombée à nouveau dessus, dans l'article que Christelle du blog Christelle is flabbergasting lui a consacré. Ses photos, son humour désopilant et ses explications ont eu raison de mes réticences. Grâce à elle, je me suis lancée. Premier essai époustouflant. Les enfants à table : "C'est quoi ce nouveau pain ? Il est trop bon, achète celui-ci maintenant !". Danse indienne et hymne à la joie dans la cuisine, C'est moi qui l'ai fait !. Oui, j'étais fière d'avoir réussi à faire un pain digne des professionnels !

painsanspetrissagecarotte2.JPG painsanspetrissage4.JPG

En quoi ce pain se différencie des autres pains ?

1. La pâte ne se pétrit pas (c'est le concept à la base), car elle est très humide et visqueuse. On la mélange à la main ou avec une grande fourchette en bois si cela vous agace d'avoir les doigts dans le pétrin.

2. Aucune machine, aucune huile de coude ne sont requises.

3. Une infime quantité de levure de boulanger déshydratée est utilisée...

4. ... compensée par un temps de levée plus long (12 heures voire plus, jusqu'à ce que la pâte "bulle").

5. On farine généreusement le plan de travail et le pain, on le replie 2 à 4 fois pour lui donner une forme de boule et on laisse reposer à nouveau 2 heures dans un torchon.

6. On bascule la pâte dans une cocotte en fonte préchauffée au four, on couvre et on enfourne.

painsanspetrissage5.JPG painsanspetrissage2.JPG

Quoi, c'est tout ? Eh oui. En gros, Jim Lahey nous propose de jouer à la dinette et réussir à fabriquer un pain croustillant, avec une mie fondante, aérée, et qui se garde des jours. J'ose dire que certains pains achetés en boulangerie ne se gardent pas aussi bien (vous savez le pain-pas-bon qui perd sa croûte au bout de 2 jours et qui n'a pas goût, comme à la cantine). Le fort taux d'humidité de la pâte (environ 40 %) permet au gluten de développer toute sa force. Dans les recettes standard de pain, la pâte est moins humide et il faut nécessairement la malaxer longuement pour développer le réseau glutéinique.

Afin de mieux comprendre la fabrication du no-knead bread, je vous invite à visionner la vidéo qui réunit pour la première fois les deux acolytes, Jim Lahey et Mark Bittman. En 2009, ils se retrouvent à nouveau pour faire part d'une évolution de la recette initiale (temps de levée plus court, grâce à l'ajout de vinaigre et d'eau chaude à la pâte).

jimlaheymarkbittman.jpg

Ce que j'ai retenu de mes différents essais et recherches

- Cette recette se décline de mille façons, pourvu que l'on garde grosso modo le ratio 40 % d'humidité : 450 g de farine pour 350 ml d'eau. Par exemple, j'ai réalisé un pain avec 350 g de farine T 55 (blanche) et 100 g de farine T80 (demi-complète), et en y ajoutant des graines de sésame, de pavot et de tournesol (50 g au total) ; un autre à base de farine de maïs (100 g), de Comté (100 g râpé et saupoudré lors de la phase de pliage), de thym et d'oignons rouges ; un sucré à base de farine de châtaigne (80 g) et de noisettes (80 g). On peut aussi remplacer l'eau par du jus de carotte (ne fonctionne pas avec le jus betterave, la mie devient marron).

painsanspetrissage1.JPG

- N'importe quel contenant, avec couvercle, supportant une forte chaleur au four peut faire l'affaire : une cocotte en fonte donc, mais aussi un plat en Pyrex, en terre cuite, en céramique (diamètre 24-26 cm)

- Il n'est pas nécessaire de chemiser la cocotte avec du papier sulfurisé comme cela peut être indiqué dans certaines recettes (j'ai vu que Jim Lahey n'en mettait pas, donc j'ai suivi bêtement les gestes de ce master of bread !).

- Pour obtenir de belles craquelures sur la croûte, sans réaliser de grignes (entailles réalisées en surface à l'aide d'un outil tranchant), il faut que la clé (endroit où se rejoignent les plis sous le pâton façonné en boule, étape 5) soit sur le dessus à la cuisson (voir cette vidéo à 2 min 38).

painsanspetrissagecarotte.JPG

- L'usage du torchon est primordial : lors de la deuxième levée, il protège des courants d'air et de la poussière le pain, et surtout, il facilite sa bascule dans la cocotte brûlante. Dans cette vidéo, à 12 min 47, on voit bien le tour de main de Jim Lahey, qui glisse sa main sous le torchon, puis renverse le pain dans la cocotte. Bim bam boum, le tour est joué. Notez d'ailleurs que la recette présentée, à base de carotte, raisins secs et noix, a l'air sublime. Montez le volume de la vidéo aussi pour écouter le son du pain qui croustille (à classer dans la catégorie des Petits bonheurs du quotidien).

- Une cuisson avec un départ à froid ne permet pas d'avoir ces craquelures (à moins de faire des grignes manuellement) et un pain bombé (voir photo ci-dessous), mais le résultat reste plus qu'honorable (croûte craquante et mie fondante). Pour ce faire, après avoir replié votre pâton en 4, disposez-le directement dans la cocotte, laissez reposer 2 heures à température ambiante comme dans la recette classique, puis enfournez-le directement sans préchauffage, toujours à couvert, thermostat réglé à 230 °C. Avantages : on évite l'étape de bascule du pain (assez mou, il faut le dire) dans la cocotte brûlante.

painsanspetrissage3.JPG

Beaucoup de blogueurs et passionnés de fait-maison ont testé cette recette et ont fait part de leurs remarques. Je vous invite d'ailleurs à les faire si vous le souhaitez dans la partie commentaires, histoire de partager nos bons retours d'expérience sur le sujet. Il faut se dire une chose, même si on n'est pas très regardant sur le temps de levée, la façon de positionner la clé ou même si on s'amuse à changer un peu la recette en fonction des farines que l'on a choisies, on obtient toujours un résultat vraiment chouette.

Si comme moi, vous êtes tombé fan du pain sans pétrissage de Jim Lahey, vous aurez peut-être envie d'acheter son livre (in English of course). Bon je vous laisse, j'ai un pain NKB à préparer (à la carotte, car celui-ci me fait vraiment trop envie !).

Lire la suite...

Fondant à la pomme "patte de loup" et au beurre salé

fondantalapomme.JPG

Vous aimez la pomme, sous les formes ? Les flans, les clafoutis, bref les gâteaux bien fondants (qui collent parfois au palais) ? Vous avez (comme moi) un problème d'addiction avec le caramel au beurre salé ? Alors cette recette est alors faite pour vous ! Rien d'extraordinaire dans sa composition. Ce qui fait son originalité, c'est tout d'abord la variété de pomme choisie : la patte de loup. A priori, vu sa forme ronde et cabossée, sa peau marron dorée, rugueuse et ourlée d'une cicatrice, elle ne laisse pas présager un goût aussi bon. Cousine du fenouillet gris (qui comme son nom l'indique détient une saveur de fenouil), la patte d'ours est excellente dans les pâtisseries. Au four, en tarte, elle rivalise avec la Reinette, dans les gâteaux elle apporte un délicieux goût anisé et dans les compotes, elle offre une texture encore plus fondante que la grise du Canada ou la Boskoop. C'est une pomme très rustique (c'est-à-dire, résistante, notamment au froid), qui serait cultivée depuis le Moyen Âge. C'est une chance de se dire que les amateurs de pomologie lui ont permis de traverser les siècles. Si vous en voyez sur un étal au marché, n'hésitez pas, prenez-en un bon kilo.

pattedeloup.jpg

Dans cette recette de fondant, elle est émincée très finement, à l'aide d'une mandoline. Si vous ne connaissez pas cet ustensile, je vous conseille de lire l'article que Vidélice lui a consacré . Mais attention aux doigts si vous n'utilisez pas de chariot, comme certains candidats dans Top Chef (ou comme moi qui a dû me faire recoudre l'index il y a quelques années). Une mandoline, cela permet non seulement de bien calibrer l'épaisseur de la tranche mais aussi de gagner du temps (parce que mine de rien, il y a un kilo de patte de loup dans la recette !).

Je ne vais pas revendiquer la paternité de ce gâteau. Honnêtement, je n'aurais eu l'idée de mettre autant de pommes dans une base (type pâte à crêpes) aussi peu importante. Il est inspiré du gâteau invisible aux pommes d'Eryn qui avait fait le tour le de la blogosphère il y a longtemps. J'ai changé un peu les proportions mais gardé ce principe étonnant qui permet d'obtenir un gâteau léger, ultra fruité et fondant. Pour la croûte de caramel au beurre salé, c'est la cuisson au four qui va la produire. Il suffit de bien beurrer son moule (à soufflé pour moi, afin d'obtenir une belle épaisseur) et de le saupoudrer de sucre.

Lire la suite...

Épicerie du Monde : l'Inde et l'Italie !

IndeItalieEpicerieduMonde.jpgIls viennent tout juste de sortir du four ! Je parle bien entendu de mes deux derniers livres, INDE et ITALIE, issus de la nouvelle collection de ma maison d'édition : Épicerie du Monde.

L'idée de cette série de livres de cuisine, c'est de présenter 10 produits-culte de l'épicerie d'un pays (comment les choisir, comment les cuisiner). Bien entendu, dans la réalité, il y en a bien plus et il a fallu que je réalise une sélection cohérente et illustrant parfaitement la gastronomie du pays en question. Ces produits, qu'il s'agisse d'épices, de farines spéciales, de condiments ou de boissons régionales, sont souvent achetés au coup de coeur, pour leur rareté ou leur originalité.

Seulement voilà. Ils sont souvent relégués au fond du placard, parce qu'ils ne font pas vraiment partie de notre quotidien ou parce qu'on n'a pas de bonnes recettes typiques qui vont avec. Alors on les oublie, ils se périment et adieu les essais culinaires ! C'est bien dommage car ils permettent de réaliser des recettes à la fois authentiques et créatives, comme ces cubes de fromage indien grillés et nappés d'une sauce épicée (paneer tikka masala)...

paneertikkamasala.JPG

... ou comme ces croquettes de riz à la tomate, spécialité street-foodienne de Rome (supplì al telefono).

supplialtelefono.JPG

Lire la suite...

Layer cake au chocolat et à la crème de marron

Comme il y avait un anniversaire à fêter... j'ai voulu faire un beau-gros-gâteau-au-chocolat ! Pas très light, mais 100 % bio, sans gluten et sans lait de vache...

layercakechocolat_marron.JPG

Il a été réalisé à partir d'une de mes recettes fétiches, le fondant au chocolat et à la crème de marrons. Avant ce layer cake (réussi), j'en avais préparé la veille un autre (complètement raté) à partir d'une sorte de génoise à la poudre de cacao. Ce n'était vraiment pas bon, sec, pâteux en bouche, pas "gourmang" quoi. Il faut dire que la palme d'or de mes ratés culinaires est attribuée à la pâtisserie. Normal, quand on n'est pas formée par Michalak et que l'on expérimente des alternatives plus nutritives, plus créatives... à l'arrache.

Ce n'est pas parce que l'on remplace la farine de blé par d'autres farines, le beurre par des purées d'oléagineux ou les œufs par de la banane écrasée que l'on obtient forcément de bons résultats. Parfois, l'alchimie se fait uniquement avec du beurre, point barre (ce n'est pas les Bretons qui me diront le contraire !). Et parfois, un autre dosage ou un ingrédient qui sort des sentiers battus (comme le tofu soyeux, j'en parle plus loin) peuvent donner des résultats bluffants.

layercakechocolat_marron3.jpg

Mes échecs me poussent désormais à opter pour des valeurs sûres. Et cette recette de fondant choco-châtaigne en est une ...créée au pifomètre un dimanche après-midi durant lequel j'ai dû être bénie par un dieu de la Gourmandise (paradoxal, n'est-ce pas). Du chocolat à pâtisser, de la crème marron, du sucre de canne et des oeufs pour les ingrédients classiques, de l'arrow-root (racine de maranta, équivalente à la fécule de maïs, sans gluten) et de la purée de noisette pour ceux qui sortent de l'ordinaire. La texture de ce gâteau est à l'image de sa pâte de velours : mousseux, fondant, profond en goût.

layercakechocolat_marron4.JPG

Pour lier les trois couches de gâteau et réaliser un glaçage, j'ai préparé une ganache au tofu soyeux (ne froncez pas les sourcils, lisez la suite !). Il s'agit d'un fromage végétal issu du caillage du lait de soja, plus mou que le tofu ferme. Sa texture de "Flamby" un peu tremblotant peut déconcerter aux premiers abords, mais il faut savoir que c'est avant tout une aide culinaire, pas un ingrédient à consommer tel quel. Riche en protéines végétales et en magnésium, pauvre en glucides, en lipides (seulement 3 %) et en sodium, le tofu soyeux remplace la crème fraîche épaisse. Aussi bien dans les recettes salées (terrine, quiche, tourte aux légumes, blinis....) que sucrées (mousse au chocolat, crème pâtissière, flan, tiramisu...). Je conseille au passage le livre de Clémence Catz, Tofu soyeux paru aux éditions La Plage pour découvrir ses innombrables possibilités culinaires.

layercakechocolat_marron5.JPG

Mixé avec du chocolat fondu, le tofu soyeux forme une mousse hyper onctueuse, peu sucrée, qui peut se manger telle quelle (après refroidissement), coller des macarons, garnir un biscuit roulé ou servir justement de ganache, comme ici dans ce layer-cake chocolaté. J'ai été épatée par sa tenue et la facilité avec laquelle j'ai pu l'étaler sur le gâteau (voir cette vidéo de Sweetapolita pour la technique d'application du frosting). C'était un ingrédient que j'utilisais peu, mais je pense qu'il va faire partie de mes basiques !

Comme je ne suis pas très fortiche en décoration de gâteaux, j'ai cherché une idée sympa de présentation. C'est sur le blog de Linda (pas moi) de Call me cupcake que j'ai trouvé l'inspiration. J'ai simplement fait couler du chocolat à pâtisser fondu dessus, puis garni le haut avec une meringue passée au chalumeau. Voilà, j'espère que ce gâteau d'anniversaire vous tentera et si le montage vous décourage, pensez à faire au moins le fondant choco-crème de marron ou la mousse soyeuse au chocolat... au choix !

Lire la suite...

Chèvres surprise de Belle-Île

Ca y est, les vacances sont terminées... Comme chaque année, nous étions à Belle-Île en mer, pour voir la belle-famille, et par la même occasion profiter de ses plages sauvages et de ses paysages apaisants. Bretagne oblige, l'île est un fief pour les gastronomes qui se régalent de crêpes au sarrasin, de poissons et fruits de mer pêchés du matin, de caramel au beurre salé. Parmi les innombrables produits locaux que j'aime ramener, il y a le fromage de chèvre bellilois,

chevressurprisebelleile1.JPG

Deux producteurs sont présents sur l'île, Jacques et Marie Aillet à Locmaria et Philippe Amouroux à Sauzon. Quand ils sont frais, ces chèvres ont une texture assez friable et granuleuse, très différente du crottin de Chavignol de ma région. Ils se tartinent néanmoins très bien sur du pain ou s'émiettent au-dessus d'une salade de tomates du jardin. Affinés, ils se tiennent parfaitement tout en gardant leur fraîcheur typique.

Cette année, j'ai voulu les apprêter avec des épices que je déniche dans un de mes commerces préférés : Aux goûts du monde, 56 rue Joseph Lebrix à Palais. La boutique de Gaëlla Clairacq est une caverne d’Ali Baba gourmande, qui fourmille de produits du terroir ou exotiques, rares, biologiques... C'est en partie grâce à elle que mon goût pour les poivres rares s'est révélé.

auxgoutsdumondebelleile.jpg

C'est elle qui m'a fait découvrir le poivre noir Sarawak. A l'époque, je ne connaissais pas non plus les poivres Muntok, Tellichery, Malabar, Voatsiperifry, Selim, Sichuan, maniguette, ni même le paprika fumé... Gaëlla est une femme passionnée qui sélectionne des produits de qualité et qui sait conseiller le client néophyte ou connaisseur. Elle compose même certains masala indiens !

auxgoutsdumondebelleile3.JPG

A chaque fois, nous avons des échanges riches et à chaque fois, je repars avec une mine d'idées de recettes. Au rayon frais, on y trouve du pesto alla genovese, de la feta grecque, des olives lucques, des citrons confits, du halva turc. En épicerie sèche, elle propose des thés, des tisanes et des cafés rares, de l'huile de sésame ou de chanvre, du mirin, de la sauce soja et des algues nori, des laits végétaux, de la purée d'amande, du boulghour, des haricots azuki... Impossible de tout lister ! La nouveauté depuis deux ans, ce sont des légumes et des fruits bio cultivés dans les règles de l'art par son compagnon.

chevressurprisebelleile2.jpg

De retour à la maison, j'ai eu envie de customiser mes fromages de chèvre. Le concept est simple : on tranche le fromage dans le sens de la largeur (à l'aide d'un fil de pêche), on saupoudre la surface de paprika fumé ou de poudre de curry, on nappe d'un soupçon d'huile d'olive, on reconstitue le fromage, on l'enveloppe de poivre concassé (ici, du Tellichery) ou du cumin, on l'enveloppe dans du film alimentaire et on laisse reposer 24 à 48 heures, voire plus. On obtient ainsi des chèvres surprise haut en couleurs et en saveurs... de quoi épater les amis invités à l'apéro ! Vous pouvez décliner cette recette à l'infini, avec d'autres poivres, d'autres graines aromatiques (anis vert, fenouil), des herbes fraîches (ciboulette, aneth, mélisse, coriandre...), de l'échalote...

chevressurprisebelleile3.JPG

Comme il manquait un peu de bleu dans cet article, je me suis dit que je pouvais ajouter quelques photos de la côte sauvage de Belle-Île...

aiguillesdeportcotonbelleile2.JPG aiguillesportcoton_pharegoulpharbelleile.jpg

Ici, les aiguilles de Port Coton (peintes par Monet), à l'ouest de l'île, depuis le village de Bangor en direction de Kervilahouen (prononcez à la bretonne Kervilawouen). Ces clichés ont été pris lors de ma participation à une sortie Nature organisée par le CPIE de Belle-Île en mer. Toute l'année, cette association oeuvre pour la préservation des espaces naturels de l'île et propose des visites thématiques (faune, flore,géologie, éducation à l'environnement...). Se prélasser sur une magnifique plage et se baigner dans l'océan, c'est bien, mais mettre un nom sur les oiseaux qui les survolent, découvrir que telle plante accrochée au rocher se mange ou qu'une autre stabilise les dunes, si fragilisées par la présence humaine, c'est encore mieux.

Allez, bonne rentrée à tous !

Lire la suite...